La dame du bus, leçon de bonté n°1

Il m’aura suffit d’une seule journée aux îles Fidji pour comprendre à quel point l’humain peut être bon.

Ce jour là, l’hostel dans lequel je séjourne propose une sortie pour aller voir des cascades dans la jungle. Je saute sur l’occasion bien évidemment. Pour aller jusque là-bas, pas de chauffeur privé mais  le bus local. Le bus arrive, un bus comme on peut en voir dans les îles, complètement ouvert, pas besoin de vitres il fait tellement chaud… Je longe l’allée qui sépare les rangées de sièges. Je décide de m’assoir à côté d’une Fidjienne d’un certain âge. En m’asseyant, je lui souris, la moindre des politesses selon moi.

Le bus repart de plus belle pour continuer sa route et c’est là que tout commence, que je me prends ma première claque ultra positive. Elle se tourne vers moi, me tend sa main et se présente à moi en Anglais. Je lui serre la main et me présente à elle en retour. On s’échange des banalités. J’étais étonnée, cela ne m’était jamais arrivé avant. Dans nos bus en France, personne ne se dit bonjour, personne ne prête attention à son voisin, ce n’est pas une critique, juste la réalité, nos habitudes européennes sont bien différentes.

Quelques minutes plus tard, elle ouvre un paquet de cacahuètes pour en picorer quelques-une. Pour la deuxième fois, elle se retourne vers moi et me tend tout naturellement son paquet. Elle me dit que si je veux des cacahuètes, je peux en prendre. Alors j’en prends quelques-une et on grignote ensemble. Là je commence à percuter: je suis en train de vivre un moment unique! Elle ne me connait pas mais elle me partage un bout de son existence, comme si elle m’accordait sa confiance de manière complètement naturelle. J’en suis ravie mais aussi choquée (dans le bon sens du terme).  Un peu plus tard, le bus s’arrête encore une fois et c’est le moment pour cette dame d’en descendre. Bien sûr, elle prend la peine de me dire aurevoir avant de partir. On se serre la main, je la regarde descendre, le bus redémarre et au fur et à mesure que l’on continu de rouler, je prends conscience de ce qui vient d’arriver.Ce matin là, je me rends compte que je viens de recevoir ma première vrai leçon d’humanité. A la fin de cette journée la vie m’aura fait l’immense privilège d’en recevoir une deuxième tout aussi similaire: donner, sans rien attendre de l’autre, donner juste pour le plaisir de partager.

C’était la dame du bus, un simple geste de sa part qui a bouleversé ma vision de l’humanité de manière irréversible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :